Milieux, Êtres et Territoire de l’Arc JURAssien.
Nos rendez-vous > Sorties culturelles > Comptes rendus des sorties > Mont-sous-Vaudrey 26 juin 2021

 

Mêta Jura,

dans le parc du château,

puis au cimetière....

Le caveau funéraire de la famille J. Grévy, financé par la famille ! L'intérieur est excavé sur une profondeur à peu près égale à l'élévation hors sol, avec des niches sur les bas-côtés où reposent les défunts. Cette cavité est entourée de plomb, pour éviter les arrivées d'eau souterraines.(photos FS)

 

Mont-sous-Vaudrey

26 juin 2021


Une trentaine de personnes ont découvert Monts-sous-Vaudrey sous la conduite de Germaine Oudot et Anthony Soarès, habitants du lieu. Nos guides, passionnés de l’histoire de leur village, lui ont  déjà consacré plusieurs expositions et deux ouvrages.

La matinée nous a permis de visiter l'église, d'apprécier le cadre urbain créé au 19e siècle avec le remodelage du village après l'incendie de 1832. Nous avons aussi visité le parc du château où demeurait Jules Grévy, président de la République de 1879 à 1887, né et inhumé dans la commune. La fontaine-lavoir, malheureusement amputée d'une  bonne partie de ses structures, nous a conduits au bout du village, non loin du relais de diligences où nous avons cru entendre l'arrivée des chevaux ! Après le franchissement d'un porche, on se retrouve dans une grande cour de ferme, entourée de divers bâtiments, dont l'auberge.

Après un délicieux repas marocain dans un restaurant du village, nous avons poursuivi notre visite en nous rendant au cimetière qui conserve les tombes d'enfants illustres du village : Jules Grévy bien sûr et le peintre Auguste Pointelin qui a conçu le monument aux morts en cours de restauration. Puis visite d'une salle d'exposition installée au premier étage de la mairie : la Maison du Patrimoine rassemble de très intéressantes archives et photographies évoquant Jules Grévy, sa vie à Mons-sous-Vaudrey et son activté politique. On a pu s'amuser devant plusieurs caricatures. Pièce rare, l'impressionnant tableau, peint en 1880 par Arsène Garnier, représente le premier 14 juillet qui eut lieu à l'hippodrome de Longchamp, avec le président au centre, dans une tribune imposante.

Une belle journée, au propre et au figuré, avec de belles retrouvailles après les longs confinements !